Édouard à la barre

20 novembre 2018 § Commentaires fermés sur Édouard à la barre § permalien

Le Radeau de la Méduse – Géricault

 » En avant, matelot, ce n’est pas un petit vent de noroît qui souffle qui va nous faire changer de cap !
– En avant toute, commandant !  »

Je ne sais pas si les termes de ce dialogue sont bien ceux d’un commandant à la barre, pas plus ne sais si un bon marin se cache sous la barbiche du premier ministre actuel, après tout, bien qu’ayant vécu moi aussi dans une ville de marins, je suis certes moins qualifié que lui pour juger, mais je note qu’en matière de direction ce dernier a des allures de grand débutant.

L’autre dimanche il prit la parole pour affirmer, face à la colère montante des laissés-pour-compte, ces gilets jaunes barrant les routes, qu’il poursuivait sa course, gardait le cap vers la tempête sociale qui s’annonçait.

Ou il est autiste pour n’avoir rien entendu, malgré ses dires, ou bien il a séché les cours de l’ENA lors du traitement du problème.

À moins qu’il ne se prît pour Éole soufflant sur des braises.

Car il ne fallait pas être grand clerc pour subodorer que son inutile prise de parole allait déclencher des vents contraires en affirmant poursuivre la politique de taxe engagée sans ajouter un mot pour envisager un éventuel dialogue.

Parler pour ne rien dire, c’est une technique bien connue de tout politique, mais impardonnable à tout bon capitaine face au danger ; sinon le bateau coule et le pacha avec lui.

Share Button

Taxes du carburant : le beau prétexte

17 novembre 2018 § Commentaires fermés sur Taxes du carburant : le beau prétexte § permalien

Ça monte, comme la colère

Alors qu’aucune étude n’a jamais démontré le prétendu caractère anthropique du réchauffement climatique qui, soit dit en passant, est stable depuis plusieurs années, on le met en exergue pour justifier une salve de taxes propres à ruiner une économie déjà vacillante.

Les gouvernements successifs ont eu et ont beau jeu de viser la voiture, cet outil indispensable au quotidien de tous, pour écraser encore et encore les budgets restreints de la plupart d’entre nous. Nul ne pouvant dédaigner ce moyen de déplacement, hormis quelques privilégiés qui sont souvent les mêmes à justifier sa disparition, nous devons nous plier aux décisions ineptes qui sont prises pour engranger des recettes qui, loin de permettre la réalisation des projets annoncés, ne servent qu’à éponger les dettes dues à l’impéritie de ceux qui nous gouvernent, entretenant de facto le ralentissement d’une croissance en berne.

Une espèce de cercle vicieux dans lequel les taxes s’entrechoquent, déclenchent une réaction en chaîne et, le point critique étant atteint, provoquent l’explosion de la masse.

C’est ce que nous vivons aujourd’hui, les gilets jaunes étant les dignes héritiers de ces révoltés désespérés du VIe siècle écrasés par les taxes imbéciles du roi franc de l’époque et précurseur en la matière, Chilpéric 1er.

Ce n’est donc pas la première fois, et ce ne sera pas la dernière, qu’à force de prendre les gens pour des idiots, ces derniers se révoltent. À trop pressurer un fruit il ne reste que des pépins.

Car, ce qu’affirme le ministre du budget est faux et contribue à la colère. Pour plus de détail il n’est que de lire l’article du journal Le Monde[1].

Puis, afin d’apaiser si faire se peut cette colère légitime, des contreparties sont offertes pour compenser partiellement ces augmentations, comme des chèques énergie dérisoires alors qu’il suffirait de supprimer ces nouvelles taxes, voire les baisser dans l’hypothèse d’une hausse du pétrole. Ces pis-aller étant la preuve d’une surenchère fiscale.

Aux aides à l’achat de voitures neuves s’opposent un malus qui les annule rapidement tant il est progressif, aides qui, de toutes façons, ne seront jamais suffisantes pour ceux dont le salaire côtoie peu ou prou le bas-fond du smic.

Il suffirait sans doute de prendre en compte l’inflation et d’agir en sorte qu’elle soit compensée par des hausses de salaire et de pensions. Mais non, on préfère accentuer les difficultés en taxant un peu plus.

Non, la colère ne s’apaisera pas tant que les salaires seront insuffisants.

Mais surtout, sachant que jamais l’homme n’aura une quelconque influence sur les lois de la nature et en particulier sur celle du climat, il s’agit d’une escroquerie intellectuelle que d’arguer d’une quelconque transition écologique pour justifier d’un impôt supplémentaire frappant les moins aisés alors qu’on privilégia d’une autre manière les détenteurs de capital.

Non, la température qui change au rythme des saisons ne sera pas modifiée par plus ou moins de CO2, le soleil en étant le grand responsable[2].

Au contraire de ce qu’affirment les médias – qui n’organisent jamais de débats contradictoires à ce sujet, se réjouissant de distiller la crainte – la banquise arctique s’étend[3] et les ours, cette année, chassent plus tôt[4].

En avez-vous jamais entendu parler ? non, bien sûr, comme de bien d’autres sujets, tels l’ineptie coûteuse des éoliennes. En revanche, et ce n’est plus de l’information mais un lavage de cerveau, l’amplification des évènements cataclysmiques à cause du changement climatique est annoncée à grand renfort d’images alors qu’il n’y en a ni plus ni moins qu’avant et même en diminution pour certains[5].

Ou encore de ce CO2 atmosphérique tant décrié et dont on dit qu’il atteint son seuil critique mais qui, à l’inverse, diminuant régulièrement, anéantira toute vie sur terre quand son taux sera inférieur à 150ppm[6].

On abuse de la crédulité des esprits pour imposer, dans tous les sens du terme, des solutions qui ne sont que des escroqueries pour le malheur des masses.

Aussi serait-il temps que cesse cette hystérie collective qu’est devenue la transition écologique qui se fera naturellement grâce aux progrès de la science et qu’enfin nos dirigeants prennent conscience de la souffrance dans laquelle vit la majorité dite silencieuse mais désespérée et qui, n’ayant plus rien à perdre, ose exprimer sa colère.

C’est ainsi que des rois furent déchus, des tyrans fusillés, mais qu’également de dangereux extrémistes sont parvenus au pouvoir.

[1]Les décodeurs du 16/11/2018
[2]Conférence de V.Courtillot du 18/10/2018
[3]La banquise s’étend
[4]Ours de la Baie d’Hudson (en)
[5]Ouragans en diminution
[6]La pomme et le CO2

Share Button

Maréchal, le voilà !

7 novembre 2018 § Commentaires fermés sur Maréchal, le voilà ! § permalien

Il y a des évènements qu’on ne peut oublier.

Mais comment une idée aussi saugrenue a-t-elle pu germer dans l’esprit de Macron ? D’autant que Verdun ne fut pas une victoire éclatante, victoire due au général Nivelle et aux poilus plus qu’au seul Pétain à qui l’on veut rendre hommage le 11 novembre prochain.

Après l’avoir défendu en mai 1918 pour éviter son limogeage réclamé par la chambre, Clémenceau, la guerre terminée, n’apprécia guère Pétain qu’il jugeait   » sans idée, sans cœur, sans cran, plus administrateur que chef, sans imagination et sans fougue[1] « .

Déjà le 26 mars de cette même année 1918, Clémenceau confiait à Poincaré que  » Pétain est agaçant à cause de son pessimisme. Imaginez-vous qu’il m’a dit…/… « les Allemands battront les Anglais en rase campagne ; après quoi ils nous battront aussi » Un général devrait-il parler et même penser ainsi ?[2] « .

C’est donc à cet homme qui n’aurait rien été sans Clémenceau et Foch et qui, seul à décider, aurait peut-être capitulé devant l’ennemi que Macron, par son chef d’état-major, s’apprête à rendre hommage.

Quant à la phrase de de Gaulle sur Pétain selon quoi  » sa gloire à Verdun ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie « , rapportée par Griveaux, perroquet gouvernemental, est à mettre en perspective avec le fait que les deux hommes s’étaient connus et estimés très tôt, l’un colonel en semi retraite et l’autre jeune lieutenant qui rejoint le régiment du premier cantonné à Arras où il pantoufle.

Phrase qui peut s’expliquer également par un second épisode les rapprochant encore lorsqu’en 1920 de Gaulle devient le nègre de Pétain qui aspire à l’Académie française.

Alors il faut aussi rappeler le jugement de ce même de Gaulle qui résumait ainsi la compromission de Pétain avec l’ordre nazi :  » Quand on va de Bordeaux à Vichy, on va nécessairement de Vichy à Montoire et de Montoire à Siegmaringen[3] « .

D’ailleurs jamais de Gaulle, après l’avoir finalement gracié de sa condamnation à mort, n’honora le prisonnier de l’Île d’Yeux.

Non, Pétain ne fut pas un si grand homme que cela, et quand bien même l’eût-il été antérieurement, son aveugle collaboration avec les nazis l’empêche à jamais d’être respectable.

Il n’y a que les fascistes à lui rendre régulièrement les honneurs.

Et Macron désormais.

 

[1]G. Wormser – Clémenceau vu de près – Hachette Littérature-p. 215-216
[2]M.Winock – Clémenceau – Perrin-p. 434
[3]F. Salat-Baroux – De Gaulle-Pétain – Robert Laffont

Share Button

Ah, le bio !

28 octobre 2018 § Commentaires fermés sur Ah, le bio ! § permalien

Carottes – Laquelle est ou non bio ? Ph. Wikipedia

Que le ciel leur chutât sur l’occiput, nos lointains prédécesseurs en étaient autant persuadés qu’une majorité de nos contemporains pour qui tout est synonyme de cataclysme.

Qu’il s’agisse de la nourriture, du temps, de la température, de la pollution, de la médecine, de l’agriculture, de l’énergie, de la vie même, tout est sujet à angoisse dans cet inventaire à la Prévert. Angoisse de mourir, ce qui adviendra tôt ou tard quoi que l’on fasse.

Pourtant une constatation s’impose, aucune époque ne fut plus sûre, saine et bienveillante que celle que nous vivons, n’en déplaise à tous les croquemitaines qui passent leur temps à se compresser la vésicule pour asperger de leur fiel ceux qu’ils côtoient, aidés en cela par des journalistes parfois inconscients, à la seule recherche du scoop qu’ils sont, divulguant des informations sans prendre la peine d’en vérifier la pertinence.

Le dernier avatar connu est cette étude publiée affirmant que manger bio évite certains cancers(1), d’où les titres affichés à grand renfort de lettres majuscules et de points d’exclamation : manger bio préserve du cancer !

Aucun lien de cause à effet n’a pourtant pu être établi ! Donc, jusqu’à preuve du contraire c’est faux. Vous pouvez manger ce que vous voudrez, si le cancer doit frapper à la porte de votre organisme, il entrera, quand bien même une carotte ou une tomate aux pesticides différents, mais chimiques aussi puisque tout l’est sur terre, voudrait lui barrer le passage.

Pourtant cette affirmation ne fera pas changer d’avis les convaincus de l’escroquerie intellectuelle qui veut que bio soit mieux que le reste.

Le bio n’est pas plus sain ni mauvais que le conventionnel, bien qu’il puisse parfois s’avérer plus néfaste, comme autrefois, et jusque dans les années cinquante, où la nourriture entrainait de nombreux décès par intoxication, voire plus récemment avec la présence de bactérie Escherichia Coli sur des graines germées bio(2), ou encore ce rappel de lots de farine bio contaminée par des micotoxines(3).

Pire, les famines récurrentes de jadis dues aux cultures dévastées par absence de pesticides semant hécatombe et misère.

Peu importe après tout, que chacun mange ce dont il a envie, cultive comme il l’entend, sans vouloir imposer aux autres sa façon de penser ou de procéder, mais sans raconter des fariboles destinées à tromper.

Je le répète, l’époque actuelle, malgré qu’on en ait, et grâce aux pesticides ainsi qu’aux moyens de contrôle, est la plus protectrice qui soit.

(1) L’étude (en.)
(2) Graines germées
(3) Farine contaminée

Share Button

Sacré Mélenchon !

21 octobre 2018 § Commentaires fermés sur Sacré Mélenchon ! § permalien

Edvard Munch – Le Cri (1893)

Franchement, laisseriez-vous les clefs de votre maison à un type qui s’imagine l’oint du Seigneur, hystérique à mettre en scène sa sacrée petite personne, une espèce de nouveau Christ victime du complot des puissants, colérique à bousculer d’humbles policiers effectuant la tâche ingrate de garder une porte, dédaigneux à se moquer d’un accent, agressif à pulvériser verbalement les médias qui ne penseraient pas comme lui, hargneux, méprisant, ne sachant pas se contrôler, apostrophant les uns, vouant au diable les autres, s’estimant au-dessus des lois, hâbleur, voire mythomane à se prendre carrément pour la République, bref, franchement, lui feriez-vous confiance ?

La question qui découle est donc la suivante : Mélenchon a-t-il suffisamment d’intelligence pour qu’on lui laisse, non seulement les clefs de la maison, mais surtout celle de l’arme atomique ?

En tout cas il offrit l’autre jour à la France ébahie un sacré spectacle digne d’un sacré polichinelle.

Share Button