Une retraite à l’ADN

9 décembre 2019 § 0 commentaire § permalien

Schéma Wikipédia

      À propos de la réforme des retraites, dont on ne sait pas grand-chose encore et contre laquelle on manifeste déjà, j’entends quelques uns évoquer la nécessité de prendre en compte l’espérance de vie dans les négociations ou les propositions pour en déterminer les paramètres ; soit en fixant individuellement l’âge, sans doute, atteint pour prétendre cesser son activité, soit imposer une durée limitée pour verser le montant de la pension à laquelle une carrière donnerait droit, ne distinguant pas d’autres solutions, car, disent-ils en schématisant, les cadres vivent plus vieux que les manuels. Je ne sais laquelle de ces deux propositions serait plus débile que l’autre. 
     Dans l’esprit de ces théoriciens rances, la mort est sans doute prédéterminée. Ce qui est relativement vrai, mais jamais à date escomptée. Car si, le hasard étant un grand farceur, un individu pas intellectuel du tout se mettait à vivre, grâce à sa génétique ou à son hygiène de vie, plus longtemps que prévu, lui supprimerait-on alors sa pension à la date précise à laquelle il eût dû quitter les listings de la caisse de retraite ? Et à l’inverse, si par maladie, stress ou autre cause par exemple accidentelle, un second individu en rien bricoleur venait à mourir avant l’heure prédite, continuerait-on à verser à ses héritiers la maigre pension à laquelle il n’aurait pu totalement prétendre le temps imparti ? 
     Au-delà de ces boutades, évoquer une espérance de vie pour inclure ou non telle ou telle clause restrictive ou bénéfique, s’apparenterait à une discrimination. Ce qui, convenons-en, est à l’opposée du but recherché dans l’établissement d’une retraite universelle par points qui se veut égalitaire (égalité toute relative là encore puisque dépendante des revenus). 
     Les régimes spéciaux ont été conçus en fonction de la pénibilité de certains métiers. Je pense bien sûr aux chauffeurs des locomotives à vapeur, ce qui n’a plus de raison d’être, qui ont obtenu leurs avantages soutenus qu’ils étaient par de puissantes organisations syndicales. En revanche, seul dans son coin, un peu anar, ou poète tel Thierry Metz aujourd’hui décédé, le vieux maçon usé par le temps et l’effort n’a jamais bénéficié, lui, d’un régime particulier. Même si de nos jours les bétonnières sont mécanisées, le métier reste pénible à la différence du chauffeur de train. Il y a là matière à discuter, évidemment. Mais certes non en termes médicaux ou funéraires. Ce qui reviendrait à créer une espèce de « professophobie », si l’on veut bien m’accorder ce néologisme, en un mot de racisme s’apparentant à celui que l’on constate en matière religieuse ou ethnique. Avec les dérives inévitables, comme celle qui fut mienne lorsque plus haut j’opposais le chauffeur de train au maçon. Les exaspérations, rancœurs, haines, plus prégnantes qu’aujourd’hui, ne manqueront pas alors de s’immiscer dans les esprits de ceux ne bénéficiant pas des avantages des autres. Est-on d’ailleurs certain de cette affirmation qui voudrait qu’un travailleur manuel vécût moins longtemps qu’un intellectuel ? Les statistiques le prouvent nous dit-on. Tout comme, statistiquement parlant, les femmes vivent plus longtemps que les hommes ; certainement la raison pour laquelle leurs émoluments sont inférieurs à ceux de leurs homologues masculins. 
     Dès lors il faut aller plus loin dans l’absurdité et créer tout un tas de discriminations en fonction de l’âge d’une mort prévue par les statistiques, du sexe, de la taille, de la couleur des yeux, de la voix, de l’apparence. Les tests ADN généralisés seront pour demain à inclure dans les CV d’embauche accompagnés d’un état détaillé de nos habitudes alimentaires, sportives, amoureuses, etc. etc. Orwell avait vu juste. Quant à Thomas More, son Utopia va devenir une galéjade. 
     Déterminez donc les retraites en fonction de l’ADN de chacun et n’en parlez plus. Ça évitera grèves et bouchons inutiles.
Share Button

Morts au Mali

27 novembre 2019 § 2 commentaires § permalien

Les 13 militaires français morts mardi au Mali (de gauche à droite) : MDL Valentin Duval, LTN Pierre Bockel, ADC Julien Carrette, CNE Romain Chomel de Jarnieu, CNE Benjamin Gireud, MCH Jérémy Leusie, SCH Andrei Jouk, MDL Antoine Serre, BCH Romain Salles de Saint-Paul, MCH Alexandre Protin, LTN Alex Morisse, CNE Nicolas Megard, CNE Clément Frison-Roche. Ministère des Armées.
     Treize soldats sont tombés hier au Mali. Je pense à ces familles qui vécurent les mêmes affres que nous à l’annonce de leur mort. Cette cataracte glacée qui nous submerge soudain, nous enveloppe, noie notre raison, quand, après les coups discrets à la porte d’entrée, pénètrent dans la maison ceux qui viennent, sans trop savoir comment, nous informer du pire. Alors taisez-vous, vous qui, députés soumis à un pacifisme utopique, racolez vos électeurs, vous qui, les corps pas même encore rapatriés, demandez, à l’abri des ors du Palais Bourbon, le retrait de ces soldats et ce qu’ils allaient faire là-bas. Leur métier, vous répondrai-je. Et, comme je l’ai par ailleurs écrit, nos armées n’étant plus conquérantes mais défensives, appelées par d’autres peuples pour les protéger, puisqu’elles existent nécessairement, plongés que nous sommes dans un monde incertain, redoutable, menaçant, elles acquièrent sur ces terres lointaines non seulement leurs lettres de noblesse, mais surtout l’endurance, l’exercice indispensable, l’expérience douloureuse, afin de n’être pas armées d’opérette comme vous aimeriez sans doute qu’elles devinssent inéluctablement en restant cantonnées dans leurs casernes ou leurs bases.
     Que ces soldats reposent en paix.
Share Button

À Valeurs actuelles

21 novembre 2019 § Commentaires fermés sur À Valeurs actuelles § permalien

     Il n’est pas interdit d’être en désaccord avec quelqu’un, il y a le dialogue pour s’expliquer. Et non l’attaque ad hominem. La revue Valeurs Actuelles, qui n’a de valeurs que le nom qu’elle s’est donné vide de sens à cause que ses scribouillards ont des encriers de fosse septique, emplis d’une décoction de matière fécale, cette revue donc éructa pour insulter l’historien Benjamin Stora, critiquant son physique. Plus au prétexte de son appartenance communautaire qu’à l’exégèse de ses idées. 
     Tout d’abord lorsque quelqu’un s’en prend au physique d’un adversaire, c’est qu’il n’a plus aucune pensée, aucun argument, aucune réponse à donner. Rien à dire. L’esprit est vide. À la manière d’une espèce de Trump, dont je reste persuadé qu’il est la référence, l’exemple, pour tous les protagonistes du torchon cité supra, lecteurs inclus, qui n’a pour bible que l’invective inepte. C’est le signe des sots, des incultes, des bons à rien. 
     Ensuite l’antisémitisme primaire fut le credo de ceux pendus à Nuremberg. Car il n’est point besoin de talent pour exhaler son racisme, il suffit de violence. Violence du verbe au même titre que violence physique. N’est pas Céline qui veut dont pourtant la prose antisémite est à cent lieues de la qualité de celle de ses romans. 
     Enfin, utiliser des résidus d’étron pour écrire des âneries contamine en premier lieu leurs auteurs. Ils puent autant que la feuille qu’ils torchèrent d’excréments, embaumant ceux qui la manipulent. 
     Tout à l’heure, en promenant le chien, je pensais à Voltaire contant l’aventure de frère Berthier, auteur du Journal de Trévoux, bâillant aux côtés de son compère Coutu qui répliqua par des bâillements qui ne finissaient point, empoisonnés qu’ils étaient par les exemplaires de leur journal qu’ils transportaient. C’est à ce moment-là que le chien stoppa, alors que je soliloquais en souriant à l’évocation de l’ironie voltairienne. Il me regarda et dès que j’évoquai à haute voix – car j’ai cette habitude de penser en marchant – Valeurs Actuelles, le chien, relevant la queue en baissant l’arrière-train, déféqua accompagné d’une odeur à faire fuir toute espèce animale passant par là. Mon chien ne sait pas lire mais il devine mes pensées. 
     Pour finir je ne peux résister au plaisir de citer Rousseau, toujours à propos du jésuite Berthier, et dont le texte n’a pas pris une ride :

 

     Petits auteurs d’un fort mauvais journal, 
     Qui d’Apollon vous croyez les apôtres, 
     Pour Dieu ! tâchez d’écrire un peu moins mal, 
     Ou taisez-vous sur les écrits des autres. 
     Vous vous tuez à chercher dans les nôtres 
     De quoi blâmer, et l’y trouvez très-bien : 
   Nous, au rebours, nous cherchons dans les vôtres 
     De quoi louer, et nous n’y trouvons rien.

Share Button

J-L Georgelin, une sacrée flèche !

14 novembre 2019 § 3 commentaires § permalien

     
     L’ancien chef d’État-Major des armées, actuellement chargé de superviser la reconstruction de Notre-Dame, J-L Georgelin, aussi avenant et sympathique qu’un blockhaus, s’impatientait un jour de mai 2007 de mon retard pour quelques minutes de discussion avec l’un de ses collègues, général tout comme lui. Pressé de partir, il n’eut aucun sourire, aucun mot de compassion, ne me tendit même pas la main lorsqu’il nous remit les documents de la Légion d’Honneur dont il avait décoré Guillaume. Je me moquais bien ce jour-là, et de son indifférence à notre égard et de sa hâte à quitter la base de Mont-de-Marsan, ne lui reconnaissant qu’une voix de stentor sans nuance devant le micro diffusant les nécrologies des soldats morts dans le Sinaï. Pour preuve son propos d’aujourd’hui, émis en paradant devant des députés mi-figue, mi-raisin, dont quelques uns eurent l’indécence d’en rire, à l’encontre de l’architecte en chef des monuments historiques, Philippe Villeneuve, qui voudrait reconstruire à l’identique la flèche de Notre-Dame et à qui, tiré comme un coup de semonce, il ordonne de « fermer sa gueule ». Comme un caporal en mal d’autorité, bien que j’en connus quelques uns d’extrêmement policés qui ne se seraient jamais permis une aussi sacrée flèche. 
     Thalès, à qui l’on demandait ce qu’il y avait de plus extraordinaire à voir, répondit : « Un tyran atteignant la vieillesse. »

Share Button

Un climat de grève

20 octobre 2019 § Commentaires fermés sur Un climat de grève § permalien

 

Photo perso. DR

     Sans rémission sur le village, depuis deux jours tombe la pluie. Ce dimanche 20 devait avoir lieu la brocante annuelle d’octobre. Les trois précédentes étalaient leurs stands sous un soleil d’été. C’était trop beau pour que cela continue. Celle d’aujourd’hui fut annulée faute de participants et de chalands. L’évènement me fait souvenir des propos que j’entendais autrefois de la bouche des anciens selon qui, sentencieux, cette débauche d’objets volants dans le ciel, avions, fusées et autres satellites, allait détraquer le temps. Ils ne sont plus là pour y trouver corrélation du genre : « Je te l’avais bien dit, fiston. » Il est remarquable de noter que toute modification du temps entraîne les assertions comminatoires sur le changement dû aux activités humaines. Comme si la pluie devait tomber à date fixe, le soleil chauffer tel jour, le froid s’installer selon un calendrier précis ou la tempête ne souffler que les jours fériés. S’il y a un domaine, malgré qu’on en ait, où l’homme ne peut rien, c’est bien celui de la météo. La nature est immense et fait ce qu’elle veut, déraillant quelquefois. Nul contrôleur n’est susceptible de canaliser ses errances. 
     Comme chez les cheminots, ces profiteurs de nos impôts, qui ont déclenché une grève inutile suite à l’accident d’un TER percutant un convoi routier bloqué sur un passage à niveau. Grève prétexte en la nommant droit de retrait pour cause d’insécurité, réclamant la présence, auprès du conducteur, d’un contrôleur pour l’assister, les parcours régionaux n’en comportant plus depuis longtemps. Comprenant la démarche cousue de fil blanc je m’insurge contre l’ignominie de la raison invoquée. L’accompagnement d’un second employé de l’entreprise dans les wagons n’aurait rien modifié au déroulement de l’accident, tout comme de la sécurité puis de la prise en charge des voyageurs, sinon qu’il aurait pu provoquer des blessures sur une personne supplémentaire, voire sa mort si ce contrôleur, au moment du choc avec l’obstacle, s’était trouvé se baladant entre les sièges des voyageurs, voltigeant alors et s’écrasant à son tour sur un montant ou paroi métallique comme il y en a tant dans une rame. 
     Ce n’est pas être fataliste, mais réaliste, de dire que rien ni personne ne peut éviter la survenue d’un accident, pas plus que modifier le climat selon sa convenance personnelle. Mais c’est une vérité de dire que ce mouvement de grève déclenché un jour de départ en vacances est une malhonnêteté commise par des cheminots qui ne savent plus respecter ceux grâce à qui ils sont payés, voyageurs et contribuables. 
     Je me souviens d’un trajet ferroviaire que j’effectuai il y a bien longtemps, du temps où les trains étaient compartimentés avec couloir latéral. C’était, encore, quelques jours après une grève. Le contrôleur tapota la vitre, nous signifiant la vérification de nos billets. Mon tour venant, avec le sourire, je lui indiquai que je refusais, faisant grève à ma façon. Acceptant la réflexion avec bonne humeur, m’indiquant que j’avais raison, je lui tendis quand même le sésame qu’il poinçonna en riant et me remerciant quand bien même je l’avais fait patienter malicieusement. 
     En transportant les passagers gratuitement, grèves et grévistes auraient une autre allure évitant à ces derniers d’avoir un train de retard sur les idées, comme le disait Léon Bourgeois à propos des partis.

Share Button
  • Mes livres

     

    Dispo : Fnac  —   Chapitre

  • Articles récents

  • Archives

  • Divers

  • Écoutez si ça vous chante

    Érik Satie – Gnossienne 5 – Daniel Varsano