L'Echo du Plumier | le blogue du pikecanthrope

L’Irlande, enfin !

Après des siècles d’obscurantisme et des années de refus, le peuple irlandais a voté à près de 70% pour modifier la législation du pays sur l’avortement. L’Irlande rejoint ces démocraties où les femmes pourront ne plus mourir à cause d’une grossesse non désirée s’achevant souvent lors d’un avortement non médicalisé.

Leur combat est loin d’être terminé, et une attention de chaque jour leur sera nécessaire pour préserver cette fragile victoire. De tous côtés, en effet, rôdent les ennemis de la liberté qui, au nom de dogmes ou de principes rétrogrades, agissent autant dans l’ombre qu’au grand jour pour ruiner toute espèce de progrès.

La Pologne est encore à la traîne, arriérée s’il en est en projetant de durcir sa législation. De lourdes menaces pèsent sur ce droit aux USA où le parlement de l’Iowa vient d’adopter en ce début de mois de mai 2018 une loi très contraignante afin de limiter son recours. D’autres nations, nombreuses, ne respectent pas ce choix des femmes, la pire d’entre elles certainement étant le Salvador où pour une fausse couche naturelle les femmes sont condamnées à trente années de prison.

Il n’y a pas si longtemps, chez nous, dans notre beau pays auto-proclamé des droits de l’Homme, une campagne d’information sur la sexualité, la contraception et l’avortement avait fait scandale. C’était en janvier 2008, trente trois ans après la loi Veil, mais ne doutons pas qu’aujourd’hui, toujours, de bonnes âmes, des obsédés de la fécondation, des pères la pudeur, considèrent l’IVG comme un assassinat.

S’il est difficile pour un homme de juger sereinement du bien fondé d’un acte qui ne le concerne qu’en demi-teinte, qu’en est-il alors de la torture éprouvée par une femme face au dilemme qui la hante ? Comment la comprendre ? Nulle d’entre elles ne rentre au bloc le cœur léger. Et ce choix est à respecter avec humilité et dignité.

Enfin, et pour terminer un chapitre qui nous fait nous interroger, une seule question nous semble nécessaire : y a-t-il besoin d’une loi pour qu’une femme soit libre de son corps ?

Share Button

26 mai 2018  Commentaires fermés sur L’Irlande, enfin !

RGPD

En raison de l’application du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) à partir du 25 mai 2018, il ne sera plus possible de vous adresser les mises à jour du blog (newsletter) sans votre consentement.

À compter de cette date j’effacerai donc toutes les adresses mails contenus sur le blog  » L’Écho du Plumier  « .

Si vous souhaitez recevoir à nouveau les mises à jour de l’Écho du Plumier il vous faudra vous inscrire, cette inscription valant acceptation de votre part.

Vous trouverez le formulaire d’adhésion ici. Ou sous le lien affiché dans le menu du bas de chaque page.

Celui-ci est automatisé par WordPress et jusqu’à maintenant une simple inscription me suffisait. Dorénavant il y aura double validation, c’est à dire qu’après envoi de vos coordonnées vous recevrez un second mail d’acceptation.

Vous pouvez également consulter la politique de confidentialité sous le lien affiché en bas de chaque page.

Vous voudrez bien noter que le mail de mise à jour contient au moins deux liens et qu’en conséquence il est très souvent versé automatiquement dans la boîte aux lettres spam. Vérifiez cette dernière et notez l’adresse de l’envoi dans votre carnet de contacts.

Cordialement.

PP

Share Button

23 mai 2018  Commentaires fermés sur RGPD

Ralentis, ça monte !

La voiture du futur – Photo Stephan Kühn – Wikipédia

« Il est l’heure, braves gens roulez en paix, tout est calme, les vieux veillent. »

Tout est calme, en effet, et le sera plus encore avec ces vieillards avant l’âge qui nous gouvernent. Vieillis avant l’âge sous le harnais des équations, du pouvoir et de la réalité ignorée.

À quoi reconnaît-on les vieux ? Au ralentissement de leurs fonctions, à leur démarche lente, à leurs projets restreints, à leur vie cloitrée dans un monde à part.

Or demain, lorsque les voiturettes sans permis doubleront allègrement les Porche, Ferrari et autres bolides, lorsque les mobylettes feront la course avec nos coupés, lorsque même les cyclistes dans une descente rivaliseront avec les berlines sur nos routes limitées à 80 km/h grâce à l’absurdité de ces psycho-rigides, demain nos déplacements vous seront un modèle du couloir d’un hospice.

Limiter la vitesse en prétextant sauver quelque 350 vies sur les 3693 personnes qui ont perdu la leur l’an dernier au volant, c’est tout d’abord profondément injuste pour les 3343 laissées pour compte qui disparaîtront malgré l’abaissement de la vitesse, mais c’est aussi reconnaître que cette limitation ne servira à rien ou à pas grand chose, puisque l’on se satisfait de les comptabiliser malgré tout comme inévitables.

Le risque zéro n’existant pas, l’unique solution est l’interdiction définitive de la voiture. Voilà le véritable remède à l’éradication de ces morts violentes.

Quant au reste, tout est fallacieux dans les arguties développées sous les lambris vernissés des salons par des neurones précocement séniles à l’origine du projet, le seul sentiment prédominant est le rançonnement pur et simple de l’automobiliste, alors que celui de la compassion pour les décès n’étant qu’un biais cognitif à l’intention de quelques tartufes, fiction pour se donner bonne conscience.

Mais inutile de développer plus avant, d’affirmer qu’il y aura toujours des morts au volant, quoi que l’on fasse, mais que leur diminution constante depuis 1972 (16945 cette année-là) est due aux progrès techniques des véhicules, à l’amélioration des routes, à la suppression des zones dangereuses, à l’éducation des chauffeurs, à leur plus grande sobriété, à une prise de conscience quasi collective de mourir inutilement, ils ne croiront rien et continueront de militer pour abaisser toujours plus cette vitesse qui les effraie.  » Rouler moins vite c’est sauver des vies  » disent-ils ; ne pas rouler du tout serait plus efficace.

Nul ne parviendra à convaincre ces escargots. Les vieux ont aussi ce désagrément d’être sûrs de leur fait, et, imbéciles comme pas un, ne changent jamais d’avis.

 » Allez, c’est l’heure, roulez en paix braves gens, tout devient calme, les vieux précoces veillent.  »

Share Button

8 mars 2018  Commentaires fermés sur Ralentis, ça monte !

Fromet, bouffon vulgaire

On dirait un criquet armé d’une guitare ; ainsi se présente le prétendu comique Frédéric Fromet. Un bouffon vulgaire.

Autour de lui quelques crétins riaient de ses inepties. Ils l’ont même applaudi à la fin de son couplet. Ce n’était pas Aristophane, il faut vivre avec son temps, tout au plus du sous Dieudonné, en plus lourdingue si faire se peut. De l’humour noir ! a défendu la patronne de France inter. Une sornette ajoutée à celles de l’insecte. Atterrant !

On peut rire de tout, bien sûr, à condition que le talent guide l’ironie. Ainsi que la décence. Rire de la mort d’un homme, fût-il le matador Ivan Fandino victime d’une cornada, est non seulement honteux mais surtout la marque d’une imbécillité propre à nos déviances intellectuelles et sociétales.

Que voulez-vous que je rajoute ? En cette époque où la raison nous abandonne, où les bonnes âmes pétitionnent pour la moindre bestiole, où l’on s’émeut de la bête et rarement de l’humain, où il est de bon ton de mugir avec plus de trémolos que vache qui vêle à la vue d’une escalope de veau, à trop encenser la nature on se fourvoie dans des considérations pseudo-philosophiques, voire poétiques, qui nous éloignent de toute réalité. La béatitude annihile tout discernement.

Quoi que vous en ayez, et je me fous bien de savoir si la corrida doit ou non perdurer, je pleurerai toujours la mort d’un homme et jamais celle du fauve, quand bien même je puisse le considérer avec l’admiration et le respect qui convient, c’est à dire à sa place et non à celle de l’humain.

Share Button

27 juin 2017  4 Commentaires

Le débat Macron-Le Pen

Le débat – Capture d’écran

Nous le savions, Mme Le Pen est nulle et n’a rien à dire, sinon des invectives.

Le débat entre elle et E. Macron nous fit songer à ces jeux de rôle inventés pour exercer, former, aguerrir les élèves des grandes écoles ou les cadres en entreprise. Lorsque l’un des deux protagonistes ne sait pas quoi dire, méconnaît ses dossiers, a mal assimilé le rôle qu’il doit jouer ou, au contraire, doit le jouer ainsi pour entraîner celui d’en face à répondre, son refuge, ou sa tactique, est le baratin, le verbiage, les boniments, afin de parasiter l’expression de l’autre, tenter de le déstabiliser.

C’est alors un festival de mimiques, de sourires, de gesticulations, de non-réponses, d’attaques, de critiques, de mensonges auxquels il est difficile de répondre sinon par une perte de temps à rétablir la vérité en négligeant par la force des choses ses arguments.

E. Macron l’a fort bien résumé en traitant la candidate du FN de parasite.

Vérité à double sens d’ailleurs, tout autant sur le plan social que sur son attitude face à lui.
Le drame est qu’il ne s’agissait nullement d’un jeu de rôle, mais de débattre réellement sur les propositions du futur représentant ou représentante de la France.

Ne pas le comprendre ou faire en sorte de rabaisser la fonction en cabotinant et faire le pitre pour masquer son indigence et la vacuité de sa pensée, prouve, s’il en était encore besoin, l’incapacité de Mme Le Pen à gérer quoi que ce soit, sinon son seul intérêt, mais certainement pas une nation. La France n’est pas un cirque où les clowns gouverneraient et ne mérite pas cette auguste sans talent ni dignité.

La France ne mérite pas non plus cette multitude d’électeurs qui l’applaudissent et nous leur disons, abusés qu’ils sont par les pantomimes de la bouffonne, d’ouvrir les yeux et comprendre qu’ils ne se respectent pas eux-mêmes en la choisissant pour héraut de leurs revendications. S’acoquiner avec la honte la fait rejaillir sur soi.

De ce débat nous ne retiendrons qu’une chose : E. Macron sera, dimanche soir, le nouveau président de la France. Et c’est tant mieux.

Share Button

4 mai 2017  Commentaires fermés sur Le débat Macron-Le Pen

« précédents billets