Chameaux !

28 juin 2019 Commentaires fermés sur Chameaux !

Camelus dromedarius – Photo TEDxTarfaya – Wikipedia

     Le chantage à la démission n’est jamais la solution. Ceux qui s’y laissent prendre sont des faibles ; ceux qui y ont recours des infatués en qui l’on ne peut avoir confiance. 
     Le propos ne s’arrête d’ailleurs pas à la seule démission. Tout ultimatum est, de mon point de vue, irrecevable et ne grandit pas les joueurs qui s’affrontent. Car il s’agit bien de cela, un jeu à qui perd gagne. 
     Dirigeant, responsable, contremaître, chef d’équipe, le collaborateur qui mettrait en balance son départ et la soumission à ses projets, quels qu’ils soient, je lui signifierai illico qu’il a perdu son pari. Tout d’abord parce que personne n’est indispensable ou irremplaçable. Ensuite, si j’accède à cette volonté je perds toute crédibilité à diriger, le gagnant croyant détenir un pouvoir sur celui qui le détient et vient de céder. Les relations ultérieures ne peuvent qu’en pâtir, l’un se défiant de l’autre, et vice versa. La fierté d’avoir obtenu gain de cause ne peut qu’exacerber la colère d’avoir été dominé. En revanche, si, fin stratège ou le croyant, je plie par ruse devant le coup de force afin de ne pas respecter ma parole ultérieurement, les sentiments s’inversent, et la bonne entente ne sera qu’un feu de paille. Enfin la négociation ne sert à rien après le chantage puisque c’est conforter l’espèce de chameau qui tente de m’en imposer dans sa conviction que son intransigeance est fondée. Si négociation il peut y avoir, elle doit se tenir avant lorsque les parties sont indemnes de certitudes. 
     Lors du G20 qui se tient à Osaka, Emmanuel Macron a menacé de ne pas signer la déclaration commune si l’accord de Paris concernant le changement climatique n’est pas pris en compte. 
     Il s’agit exactement de ce que j’ai décrit plus haut. Les signataires de l’accord de Paris sur le climat, constatant son irréalisme, son inaccessibilité (comment une personne sensée peut-elle croire qu’on puisse limiter une hausse de température à 2° C ? c’est comme vouloir attraper les nuages avec un filet à papillons), après l’avoir signé sans obligation d’en appliquer la démesure, n’en tiennent aucun compte dans leur politique nationale. Avec raison. 
     Vexé, Macron menace. Ce sera avec moi et ce que je demande, ou sans moi. 
     Il n’y a qu’à lui répondre, chiche ! 

     À propos du temps, nous vivons une période de chaleur à laquelle nous croyions n’être plus habitués. Pensez donc, 35° C chez moi, 40° C à Limoges ou La Rochelle et plus à Clermont-Ferrand, Paris sous les tropiques, Marseille dans le Ténéré. Du jamais vu. Enfin si, mais on l’oublie. La preuve des méfaits du gaz carbonique et son effet de serre. Surtout l’été. 
     Ce n’est que le vent venu du Sahara qui nous souffle son haleine brûlante. 
     Je suis persuadé que nous trouverons quelqu’un pour nous expliquer qu’il s’agit d’une mauvaise haleine et qu’il n’est plus temps de se boucher le nez. 
     Tant qu’on ne verra pas de dromadaires traverser la Méditerranée par ce moyen de transport, tout ira bien. 
     À propos, le dromadaire qui vit en Arabie n’a qu’une bosse au contraire de l’autre camélidé d’Asie, et qui en a deux. Ah, le chameau ! se dit son cousin le berbère, il est plus fort que moi ! (injure qui peut être moyen mnémotechnique). 
     L’injure  » Chameau !  » date de la moitié du XIXe et s’adressa d’abord aux femmes, sans doute par allusion à la monture, difforme de surcroît avec ses deux bosses comme des mamelles, et par confusion avec  » grande gamelle  » qu’on utilisait précédemment en ce sens, chameau venant du provençal camel, du latin camelus venu lui-même de l’arabe djamal
     Dans la tirade du nez, Edmond Rostand utilise une concaténation qui permet à Cyrano d’inventer un animal fabuleux qui aurait, entre autres, quelque chose du chameau (du grec camelos) : 

     Pédant : « L’animal seul, monsieur, qu’Aristophane 
     Appelle Hippocampéléphantocamélos 
     Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os ! » 

     En fait il semble qu’Aristophane soit le géniteur de la bête humoristique (selon Lucilius, mais nulle trace de cette hybridation n’est retrouvée dans les comédies du poète qui pourtant en jouait avec bonheur). 
     Auteur ou reproducteur, quel que soit l’inséminateur littéraire, on peut dire qu’il eut du nez. Peut-être en buvant un peu trop sous une ancienne et lointaine canicule.

Share Button

Mots clés , , , , , , , , ,

Commentaires fermés.

Précisions

Vous lisez actuellement Chameaux ! paru dans L'Echo du Plumier.

Infos

  • Mes livres

     

    Dispo : Fnac  —   Chapitre

  • Articles récents

  • Archives

  • Divers

  • Écoutez si ça vous chante

    Érik Satie – Gnossienne 5 – Daniel Varsano