Greta Thunberg part en voyage

15 août 2019 Commentaires fermés sur Greta Thunberg part en voyage

Copie du tweet supprimé depuis les invectives




     Il devient difficile de s’exprimer librement sans qu’aussitôt une meute se lance dans l’invective à votre égard si vous n’avez pas l’heur de lui complaire. 
     L’information circule aujourd’hui à la vitesse de la lumière et pourtant nombreux sont ceux qui ne prennent nullement la peine de se renseigner avant de porter un jugement définitif, comminatoire et pour tout dire digne d’un Savonarole ou d’un Saint-Just. 
     Je lisais tout à l’heure les réactions incendiaires au tweet d’une collaboratrice du ministre de l’agriculture qui, faisant preuve d’humour lors de son départ en vacances, moqua la jeune suédoise Greta Thunberg qui préfère le bateau à voile pour traverser l’océan plutôt que l’avion, non à cause de ses origines Viking, mais au prétexte que ce dernier pollue. Et le bateau de course sur lequel elle va naviguer, de quoi est-il fait ? Coque en carbone assurément (dérivé acrylique issu du pétrole) ! Et le moteur obligatoire ? Fonctionne au fuel ! Et les instruments, les cordages, les voiles, les mâts, les panneaux solaires ? Pas fabriqués manuellement que je sache et avec du vent… Soyons sérieux, rien n’est totalement écologique. Quel que soit le moyen de transport, il y a ou il y a eu émission de carbone. 
     L’une et l’autre sont donc identiquement coupables, puisque la saison est désormais à la culpabilité. Car, si le charme désuet du bateau à voile vaut autant celui plus moderne de l’aéroplane, même si les paysages qu’on a le temps d’admirer défilent avec la même apparente vitesse et paraissent tout autant monotones vus d’en haut ou au ras des vagues, leurs émissions de CO2 sont comparables. 
     Quant à alimenter la rumeur polluante, en revanche, l’une a tout faux car il suffit de savoir que l’air est composé à 78 % d’azote, 21 % de dioxygène et 1 % d’autres gaz dont 0,04 % de CO2. De ce dernier taux, qui reste pratiquement constant depuis des lustres, l’humain y contribue à hauteur de 4 %, soit 0,0016 % de son total, c’est-à-dire une broutille, que dalle, pas même une roupie de sansonnet, une clopinette. Le principal gaz à effet de serre étant la vapeur d’eau, indispensable par ailleurs pour tempérer la planète. Et pour conclure ce cours de mathématiques à usage des classes primaires que Greta Thunberg peut réviser, voire apprendre, lors de sa traversée, finissons-en une bonne fois pour toute avec l’affirmation qui voudrait que le CO2 soit un poison et un polluant. Au risque de déplaire, il n’est ni l’un ni l’autre, mais l’une des molécules les plus importantes et tout à fait indispensable à la vie, non seulement des plantes, mais de l’humain qui meurt lorsque sa concentration est inférieure à 400 ppm dans ses poumons lors de la respiration. 
     Rien toutefois ne vous oblige à le croire et continuer à faire en sorte de remettre en service le char à bœufs pour voyager. Non seulement vous pourrez cueillir des marguerites sans ralentir le mouvement, les effeuiller en lutinant, mais faire également quelques exercices corporels et haletants pour nourrir vos bronches de ce gaz tant décrié avant de rejoindre l’attelage. À supposer, tout d’abord que vous n’envisagerez pas de traverser l’océan, les bovins n’y étant pas entraînés, ensuite que les bœufs ne déféqueront pas, ne rumineront ni ne boiront, parce que tout cela, aux regards de nos nouveaux Don Quichotte, est éminemment déconseillé. 
     Alors bon vent à Greta Thunberg sur sa coque carbonée et bonnes vacances à Béatrice Frecenon ainsi qu’à tous ceux qui vont et viennent d’une manière ou d’une autre.
Share Button

Mots clés , , , , ,

Commentaires fermés.

Précisions

Vous lisez actuellement Greta Thunberg part en voyage paru dans L'Echo du Plumier.

Infos

  • Mes livres

     

    Dispo : Fnac  —   Chapitre

  • Articles récents

  • Archives

  • Divers

  • Écoutez si ça vous chante

    Érik Satie – Gnossienne 5 – Daniel Varsano