La mort au fond d’un ravin

20 août 2019 § 3 commentaires

Oswald Achenbach – Baie de Naples au clair de lune – 1886 – coll. privée


19 août  


       Le corps sans vie du jeune randonneur, Simon Gautier, vient d’être retrouvé après neuf jours de recherche en Italie. La famille estime que les secours n’ont pas été déclenchés suffisamment vite après son appel au secours alors qu’il était tombé dans un ravin, se brisant les jambes. Il est à noter que, puisque l’appel de son portable fut entendu, il pouvait être localisé en fonction du relais qui le capta pour le diffuser. En ce sens je conçois la réaction de sa famille. Les autorités italiennes ont beau nous affirmer que la région très escarpée, à 200 km au sud de Naples, ne facilite pas la géolocalisation par manque d’antennes, il me paraît assez invraisemblable que l’on n’ait pu circonscrire la zone des recherches à partir de l’antenne qui a borné. Il n’est qu’à constater, lors d’un procès d’assises, par exemple, la célérité et la précision avec lesquelles les enquêteurs déterminent les lieux où un criminel fut présent pour se convaincre que les secours italiens ont fait preuve d’attentisme. Puisque appel il y eut, c’est qu’une antenne a borné. Il fallait tout de suite savoir laquelle et à partir de là diligenter les recherches au lieu d’attendre plusieurs heures avant de les entreprendre. 
     Je lis par ailleurs que les opérateurs téléphoniques ne transmettent les coordonnées de localisation qu’après de longues procédures. À qui fera-t-on croire qu’en cas d’urgence aucun moyen n’existe pour les contraindre à communiquer ces précisions ? Ou veut-on reporter sur d’autres la responsabilité du déroulement de ce drame ?  
       Il y a en Italie, actuellement, une plus grande promptitude à dire des messes, tant religieuses que populistes, ou à interdire d’aborder quelques migrants, qu’à sauver des vies. 
       Je ne sais quand et comment est mort Simon Gautier ; au-delà de cette issue funeste, j’imagine la souffrance endurée par ce jeune homme dans l’attente vaine de secours. Sa solitude, son angoisse, sa peur, son agonie, même si celle-ci fut brève comme le suggère le médecin légiste après les premiers examens. 
     Cela étant, concernant ce drame, ce ne sont que suppositions que j’échafaude à partir des seules informations diffusées. Tant d’autres aléas ayant pu contrarier non seulement le sauvetage, mais également la position initiale du blessé. 
   Nous sommes toujours prompts à juger tant parfois l’incompréhension nous émeut. Précisément, cette incompréhension ne devrait-elle pas brider notre esprit critique ? Il n’est pas inutile toutefois de se souvenir de ce qu’Alain pensait du doute dont il disait qu’il n’était pas au-dessous du savoir, mais au-dessus. 
      Lorsque l’incrédulité nous assaille il est alors essentiel de raisonnablement douter afin d’obtenir des réponses nouvelles et précises.
Share Button

Mots clés , , , , , , , , ,

§ 3 Réponses à La mort au fond d’un ravin"

  • Evelyne PELLEGRINI dit :

    Oui, c’est effroyable de mourir à 27 ans, seul au fond d’un ravin, les jambes brisées. Son agonie fut courte (une heure), nous dit-on,…. esperons-le !
    Je regrette toutefois et d’une façon générale que les jeunes gens, se promènent maintenant seul, avec pour seul compagnon un misérable portable.
    Un sifflet est de bon secours en montagne, mais bon….que dire, que penser c’est effroyable cette fin de vie.
    Merci pour vos billets et votre réflexion sur ce monde qui va de Charybe en Scylla
    Bien cordialement

    • Patrick Pike dit :

      Merci à vous pour vos commentaires, Evelyne.
      Restez confiante, le monde ne va pas si mal que cela, quand bien même une impression contraire, due à une information débridée, semble s’imposer.
      Cordialement.

      • Evelyne PELLEGRINI dit :

        Oui, concernant ‘l’information débridée’ je garde un esprit critique (ayant travaillé au Canard Enchaîné et aussi en fin de carrière, au journal Le Monde).
        Merci pour vos billets qui sont toujours rafraichissants
        Bien cordialement

Précisions

Vous lisez actuellement La mort au fond d’un ravin paru dans L'Echo du Plumier.

Infos

  • Mes livres

     

    Dispo : Fnac  —   Chapitre

  • Articles récents

  • Archives

  • Divers

  • Écoutez si ça vous chante

    Érik Satie – Gnossienne 5 – Daniel Varsano