L’âge pivot, une sottise

17 décembre 2019 § Commentaires fermés sur L’âge pivot, une sottise § permalien

Louis-Léopold Boilly – Les amateurs de tableaux – 1823 – lithographie au crayon – NGA
17 décembre 
     Si pour les chrétiens la Pentecôte est la descente, l’effusion, le souffle de l’Esprit Saint décoiffant les apôtres, la nomination d’un ministre est très loin d’en être l’équivalent pour une équipe gouvernementale plus préoccupée de jactance prêtant à rire ou à déprimer, que par la diffusion de la bonne parole. 
     La date pivot suggérée par le premier d’icelle est une sottise de plus à mettre à l’actif de ces politiques qui n’en sont pas à quelques gourdes près, amateurs s’il en est dans leur comportement. 
     Si avant-hier je déclarai que cet âge pivot de 64 ans (1) pour un départ à taux plein ne s’appliquerait qu’à ceux nés après 1975, je fis erreur, puisqu’une lecture plus attentive des mesures envisagées, démontre que cette date concernerait également de manière progressive ceux nés à partir de 1960. Mea culpa, mea maxima culpa, pour rester dans la phraséologie chrétienne, bien que je suggérai d’en discuter. 
     Mais peu importe. Fixer un âge pivot en matière de retraite à points est une ineptie. Pour plusieurs raisons. 
     La première, alors que ce pivot butoir serait prétendument institué afin d’équilibrer les comptes, est que les boomers – comme les appellent dédaigneusement de jeunes crétins qui, vais-je leur apprendre, n’existeraient pas sans eux – arrivent à péremption et disparaissent progressivement les uns après les autres. Par ce seul fait les comptes seront d’aplomb naturellement, apurés et sans doute excédentaires. La natalité baissant étant compensée par l’apport de l’immigration. 
     La seconde est que cotiser par points permet de savoir exactement ce à quoi donne droit, à date donnée, les versements effectués. Or, si le fait de cotiser plus longtemps permet d’augmenter sa pension, nul doute que beaucoup seront tenter de poursuivre leur carrière, différer une mise au rebut parfois mal vécue. La pénibilité étant toujours prise en compte avec l’âge légal de 62 ans intangible – et pourquoi pas revenir à 60 ans grâce à la négociation ? – tout comme la valeur du point, ces deux marqueurs de justice inscrits dans la constitution. 
     D’autant que, et il s’agit-là de la troisième raison, malgré une éventualité de perte d’emploi, donc de chômage, due au manque de savoir-vivre du patronat, tous les jobs, petits boulots – travail effectué pour survivre, si déclaré – seront soumis à versement de points. N’oublions pas qu’actuellement une majorité de retraités – et parmi celle-ci ceux-là même qui s’arrêtent pour cause de fatigue – recherche et trouve des emplois d’après retraite, rémunérés sous condition, pour lesquels chacun cotise… bénévolement, quand ces emplois ne sont pas au noir, puisque ces cotisation ne rapportent rien, toute retraite liquidée devenant définitive et intangible, au contraire de l’affirmation désinvolte de la porte-parole du gouvernement. 
     Il y a sans doute d’autres détails qui m’échappent et ne nie pas que ce système peut désavantager dans un premier temps les quelques nantis du service public. Mais à terme tous ces avantages disparaîtront car devenant insupportables à la collectivité, intolérables, impensables aux esprits épris de justice. Ou seront légitimement compensés par la négociation pour les professions qui perdent trop eu égard à l’existant. L’évolution d’une société passe par une vision claire de l’avenir et non par l’inconséquence de l’amateurisme des gouvernants.
 
(1) Addenda : L’âge pivot est une véritable escroquerie dans la mesure où il pénalisera ceux qui ont atteint, avant 64 ans, leur nombre de trimestres cotisés  puisqu’ils subiront une décote définitive de 5 % par année anticipée de départ malgré l’âge légal de 62 ans, qui devient de facto une vue de l’esprit. Si j’ai bien compris, car, comme l’affirmait Boileau,  » Selon que notre idée est plus ou moins obscure, l’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure. «  Mais nous sommes loin d’un art poétique quelconque dans ces négociations sociétales.
 
 
Share Button

Avantages de la retraite à points

15 décembre 2019 § Commentaires fermés sur Avantages de la retraite à points § permalien

15 décembre 
     Noël approche et les grévistes acharnés à s’opposer à la réforme des retraites menacent de poursuivre le mouvement, faisant craindre l’impossibilité pour beaucoup de se réunir en famille ou de partir en vacances. Dans la lutte des classes le Père Noël n’existe pas, et on se moque bien du P’tit Jésus. 
     Que reproche-t-on d’ailleurs à cette réforme ? Pour les uns, majoritairement du secteur public, la perte d’avantages, qu’ils ne perdront pas puisque ne s’appliquant qu’aux nouveaux venus, pour d’autres le report d’un départ après 64 ans, qu’une majorité ne subira pas puisque uniquement à l’usage de ceux nés à partir de 1975. Or il est amusant de constater que les seuls qui devraient manifester leur mécontentement, ceux qui précisément bénéficieront des avantages de la retraite à points, les salariés du privé, ne disent rien ou pas grand-chose. À croire qu’ils en ont compris les bienfaits, à la différence des réactionnaires syndicaux qui prétextent sa mise en pratique pour montrer qu’ils existent toujours. 
     Prenons un exemple. Je suis à la retraite. Je l’ai prise à 61 ans. Il était inutile que je continuasse à travailler ou pointer au chômage, je n’aurais rien gagné de plus à l’époque. Ma pension se divise en trois versements. L’un émanant de la CARSAT (régime général de la SS) et deux autres de l’AGIRC et de l’ARCCO (régimes complémentaires). Heureusement que pour ces deux derniers, dont les règles n’ont pas été modifiées, mes employeurs et moi-même avons cotisé sous forme de points, car en ce qui concerne le premier organisme, les cotisations versées, qui l’ont été toujours en fonction d’un salaire nettement supérieur au plafond annuel de la Sécurité Sociale, ne m’ont pas permis de bénéficier de l’intégralité des 50 % du salaire prévu par cette dernière institution. Grâce à Balladur qui modifia les paramètres en 1993. Une revalorisation systématique des salaires des meilleures années fut instaurée, réévaluation indexée sur l’inflation et non pas sur le salaire moyen de l’économie, avec pour conséquence une baisse d’un bon tiers de la retraite du régime général. Ce qui signifie un manque à gagner assez conséquent. Avec ce système toujours en vigueur, malgré un ralentissement de l’inflation, c’est la certitude pour tous les salariés du secteur privé de ne bénéficier que d’une pension réévaluée qui, même à taux plein, ne correspondra jamais à la moitié du salaire plafond du régime général. Le conseiller que j’avais rencontré à l’époque, qui s’offusqua de m’entendre dire qu’il s’agissait d’une belle escroquerie, me précisa qu’il était excessivement rare de verser une pension à taux plein correspondant à la moitié du salaire annuel du régime général. Tellement rare d’ailleurs qu’il n’avait pas eu encore l’occasion d’en calculer. 
     Une retraite par points obvie à cet inconvénient. À la seule condition de connaître la valeur du point qui doit, au minimum, compenser ad valorem les organismes payeurs actuels. Entre autres avantages, car il en est de non négligeables, celui d’accumuler des points, quel que soit l’employeur, public ou privé, et quel que soit le temps accompli à travailler, même une journée ou quelques heures, par exemple, ou encore une meilleure pension de réversion, la pénibilité mieux prise en compte, ou encore les avantages accordés dès le premier enfant … Quant à la date pivot, si je conçois que ce ne fut pas une excellente idée de l’intégrer au système, tout reste à faire au niveau des négociations pour la modifier, voire repousser son entrée en vigueur à plus tard. 
     Plus que manifester et réclamer le retrait du projet, les syndicats devraient donc s’atteler à discuter la valeur du point et son intangibilité et non engager une lutte d’arrière-garde, qui ne conduira qu’à mécontenter la majorité des salariés qui sont aussi les usagers exaspérés par une minorité obtuse car accrochée à des prérogatives d’un âge révolu. Il est grand temps d’évoluer. 

     Lu ce matin dans l’ouvrage de L. Meschinet de Richemond, archiviste de la Charente Inférieure, ainsi nommée jusqu’en 1941, datant de 1906 retraçant la vie des marins rochelais, réédité en 1983 par les éditions Rumeur des Âges, au chapitre concernant Jean Guiton, marin hors pair avant d’être le maire obstiné et résistant, que la population de La Rochelle, avant le siège de 1627-1628 organisé par Louis xiii et Richelieu pour soumettre les huguenots, avoisinait celle de Bordeaux ou Marseille. Après la reddition des rochelais sur les quelque 28 000 habitants, 23 000 étaient morts de faim. C’est dire si l’on faisait peu de cas, comme toujours, des êtres humains. C’est dire aussi si l’entêtement est parfois préjudiciable au bien commun.

Share Button

Une retraite à l’ADN

9 décembre 2019 § Commentaires fermés sur Une retraite à l’ADN § permalien

Schéma Wikipédia

      À propos de la réforme des retraites, dont on ne sait pas grand-chose encore et contre laquelle on manifeste déjà, j’entends quelques uns évoquer la nécessité de prendre en compte l’espérance de vie dans les négociations ou les propositions pour en déterminer les paramètres ; soit en fixant individuellement l’âge, sans doute, atteint pour prétendre cesser son activité, soit imposer une durée limitée pour verser le montant de la pension à laquelle une carrière donnerait droit, ne distinguant pas d’autres solutions, car, disent-ils en schématisant, les cadres vivent plus vieux que les manuels. Je ne sais laquelle de ces deux propositions serait plus débile que l’autre. 
     Dans l’esprit de ces théoriciens rances, la mort est sans doute prédéterminée. Ce qui est relativement vrai, mais jamais à date escomptée. Car si, le hasard étant un grand farceur, un individu pas intellectuel du tout se mettait à vivre, grâce à sa génétique ou à son hygiène de vie, plus longtemps que prévu, lui supprimerait-on alors sa pension à la date précise à laquelle il eût dû quitter les listings de la caisse de retraite ? Et à l’inverse, si par maladie, stress ou autre cause par exemple accidentelle, un second individu en rien bricoleur venait à mourir avant l’heure prédite, continuerait-on à verser à ses héritiers la maigre pension à laquelle il n’aurait pu totalement prétendre le temps imparti ? 
     Au-delà de ces boutades, évoquer une espérance de vie pour inclure ou non telle ou telle clause restrictive ou bénéfique, s’apparenterait à une discrimination. Ce qui, convenons-en, est à l’opposée du but recherché dans l’établissement d’une retraite universelle par points qui se veut égalitaire (égalité toute relative là encore puisque dépendante des revenus). 
     Les régimes spéciaux ont été conçus en fonction de la pénibilité de certains métiers. Je pense bien sûr aux chauffeurs des locomotives à vapeur, ce qui n’a plus de raison d’être, qui ont obtenu leurs avantages soutenus qu’ils étaient par de puissantes organisations syndicales. En revanche, seul dans son coin, un peu anar, ou poète tel Thierry Metz aujourd’hui décédé, le vieux maçon usé par le temps et l’effort n’a jamais bénéficié, lui, d’un régime particulier. Même si de nos jours les bétonnières sont mécanisées, le métier reste pénible à la différence du chauffeur de train. Il y a là matière à discuter, évidemment. Mais certes non en termes médicaux ou funéraires. Ce qui reviendrait à créer une espèce de « professophobie », si l’on veut bien m’accorder ce néologisme, en un mot de racisme s’apparentant à celui que l’on constate en matière religieuse ou ethnique. Avec les dérives inévitables, comme celle qui fut mienne lorsque plus haut j’opposais le chauffeur de train au maçon. Les exaspérations, rancœurs, haines, plus prégnantes qu’aujourd’hui, ne manqueront pas alors de s’immiscer dans les esprits de ceux ne bénéficiant pas des avantages des autres. Est-on d’ailleurs certain de cette affirmation qui voudrait qu’un travailleur manuel vécût moins longtemps qu’un intellectuel ? Les statistiques le prouvent nous dit-on. Tout comme, statistiquement parlant, les femmes vivent plus longtemps que les hommes ; certainement la raison pour laquelle leurs émoluments sont inférieurs à ceux de leurs homologues masculins. 
     Dès lors il faut aller plus loin dans l’absurdité et créer tout un tas de discriminations en fonction de l’âge d’une mort prévue par les statistiques, du sexe, de la taille, de la couleur des yeux, de la voix, de l’apparence. Les tests ADN généralisés seront pour demain à inclure dans les CV d’embauche accompagnés d’un état détaillé de nos habitudes alimentaires, sportives, amoureuses, etc. etc. Orwell avait vu juste. Quant à Thomas More, son Utopia va devenir une galéjade. 
     Déterminez donc les retraites en fonction de l’ADN de chacun et n’en parlez plus. Ça évitera grèves et bouchons inutiles.
Share Button

Morts au Mali

27 novembre 2019 § 2 commentaires § permalien

Les 13 militaires français morts mardi au Mali (de gauche à droite) : MDL Valentin Duval, LTN Pierre Bockel, ADC Julien Carrette, CNE Romain Chomel de Jarnieu, CNE Benjamin Gireud, MCH Jérémy Leusie, SCH Andrei Jouk, MDL Antoine Serre, BCH Romain Salles de Saint-Paul, MCH Alexandre Protin, LTN Alex Morisse, CNE Nicolas Megard, CNE Clément Frison-Roche. Ministère des Armées.
     Treize soldats sont tombés hier au Mali. Je pense à ces familles qui vécurent les mêmes affres que nous à l’annonce de leur mort. Cette cataracte glacée qui nous submerge soudain, nous enveloppe, noie notre raison, quand, après les coups discrets à la porte d’entrée, pénètrent dans la maison ceux qui viennent, sans trop savoir comment, nous informer du pire. Alors taisez-vous, vous qui, députés soumis à un pacifisme utopique, racolez vos électeurs, vous qui, les corps pas même encore rapatriés, demandez, à l’abri des ors du Palais Bourbon, le retrait de ces soldats et ce qu’ils allaient faire là-bas. Leur métier, vous répondrai-je. Et, comme je l’ai par ailleurs écrit, nos armées n’étant plus conquérantes mais défensives, appelées par d’autres peuples pour les protéger, puisqu’elles existent nécessairement, plongés que nous sommes dans un monde incertain, redoutable, menaçant, elles acquièrent sur ces terres lointaines non seulement leurs lettres de noblesse, mais surtout l’endurance, l’exercice indispensable, l’expérience douloureuse, afin de n’être pas armées d’opérette comme vous aimeriez sans doute qu’elles devinssent inéluctablement en restant cantonnées dans leurs casernes ou leurs bases.
     Que ces soldats reposent en paix.
Share Button

À Valeurs actuelles

21 novembre 2019 § Commentaires fermés sur À Valeurs actuelles § permalien

     Il n’est pas interdit d’être en désaccord avec quelqu’un, il y a le dialogue pour s’expliquer. Et non l’attaque ad hominem. La revue Valeurs Actuelles, qui n’a de valeurs que le nom qu’elle s’est donné vide de sens à cause que ses scribouillards ont des encriers de fosse septique, emplis d’une décoction de matière fécale, cette revue donc éructa pour insulter l’historien Benjamin Stora, critiquant son physique. Plus au prétexte de son appartenance communautaire qu’à l’exégèse de ses idées. 
     Tout d’abord lorsque quelqu’un s’en prend au physique d’un adversaire, c’est qu’il n’a plus aucune pensée, aucun argument, aucune réponse à donner. Rien à dire. L’esprit est vide. À la manière d’une espèce de Trump, dont je reste persuadé qu’il est la référence, l’exemple, pour tous les protagonistes du torchon cité supra, lecteurs inclus, qui n’a pour bible que l’invective inepte. C’est le signe des sots, des incultes, des bons à rien. 
     Ensuite l’antisémitisme primaire fut le credo de ceux pendus à Nuremberg. Car il n’est point besoin de talent pour exhaler son racisme, il suffit de violence. Violence du verbe au même titre que violence physique. N’est pas Céline qui veut dont pourtant la prose antisémite est à cent lieues de la qualité de celle de ses romans. 
     Enfin, utiliser des résidus d’étron pour écrire des âneries contamine en premier lieu leurs auteurs. Ils puent autant que la feuille qu’ils torchèrent d’excréments, embaumant ceux qui la manipulent. 
     Tout à l’heure, en promenant le chien, je pensais à Voltaire contant l’aventure de frère Berthier, auteur du Journal de Trévoux, bâillant aux côtés de son compère Coutu qui répliqua par des bâillements qui ne finissaient point, empoisonnés qu’ils étaient par les exemplaires de leur journal qu’ils transportaient. C’est à ce moment-là que le chien stoppa, alors que je soliloquais en souriant à l’évocation de l’ironie voltairienne. Il me regarda et dès que j’évoquai à haute voix – car j’ai cette habitude de penser en marchant – Valeurs Actuelles, le chien, relevant la queue en baissant l’arrière-train, déféqua accompagné d’une odeur à faire fuir toute espèce animale passant par là. Mon chien ne sait pas lire mais il devine mes pensées. 
     Pour finir je ne peux résister au plaisir de citer Rousseau, toujours à propos du jésuite Berthier, et dont le texte n’a pas pris une ride :

 

     Petits auteurs d’un fort mauvais journal, 
     Qui d’Apollon vous croyez les apôtres, 
     Pour Dieu ! tâchez d’écrire un peu moins mal, 
     Ou taisez-vous sur les écrits des autres. 
     Vous vous tuez à chercher dans les nôtres 
     De quoi blâmer, et l’y trouvez très-bien : 
   Nous, au rebours, nous cherchons dans les vôtres 
     De quoi louer, et nous n’y trouvons rien.

Share Button

Chemin

Vous regardez dans Archives la catégorie L'Echo du Plumier.

  • Mes livres

     

    Dispo : Fnac  —   Chapitre

  • Articles récents

  • Archives

  • Divers

  • Écoutez si ça vous chante

    Érik Satie – Gnossienne 5 – Daniel Varsano